J’ai lu : Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers (4/5)

aristote-et-dante-decouvrent-les-secrets-de-l-univers-634958-264-432

Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers
Benjamin Alire Sáenz
PKJ.

Résumé : « Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers. »

young adult / romance / contemporain
relation / homosexualité / adolescence

***

En trois mots : Poétique. Spécial. Précieux.

Cela faisait un an que j’avais ce livre en ma possession, dans ma liseuse, et que je ne l’avais pas encore sorti. C’est grâce à une lecture commune réalisée par la toute mignonne @AristoteMendoza que j’ai fait sortir Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers de ma PAL.  Et j’ai juste envie de te dire : MERCI ❤

Et j’avoue ici, j’ai un peu honte mais, j’ai pas pu tenir le rythme de la lecture commune : Oui, j’avoue, je l’ai dévoré. J’ai pas pu attendre et respecter le quota des 50 pages par jour. Mais j’aimais tellement, je ne voulais pas « gâcher » ma lecture et perdre de l’intérêt pour se livre alors je me suis laissée faire. Mais vous savez c’était pas ma faute :3 (Les personnes qui l’ont lu pourront confirmer)

Je me suis sentie très zen après avoir fini le livre. Calme. Bien. Et pourtant ce n’était pas gagné d’avance. Je m’explique : De base je n’aime pas trop les contemporains et je m’en méfie car dans mes lectures j’aime m’évader ailleurs que dans la réalité. Je n’aime pas retrouver les problèmes de vie et sociaux de tous les jours. Et pourtant dans Aristote et Dante c’était… ça coulait tout seul. L’auteur a traité tout ça d’une manière différente de toutes les autres. C’était à la fois simple, poétique. Ça avait quelque chose de spécial. J’ai tout simplement été charmée et emportée. Sans même le remarquer, les pages filaient toutes seules. Je n’ai pas contrôlé ma lecture.

Un contemporain qui traite des sujets de la vie et de l’adolescence. Avec des moments assez tristes. Tout n’est pas tout blanc ou tout noir dans Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers. C’est plutôt un tas de nuances de gris. Parfois plus sombres parfois plus claires, toutes mélangées. C’est ce que j’ai apprécié le plus dans ce livre. Avec le côté poétique de l’écriture.

Parce que tout ça donne de l’espoir, et ne cherche pas à nous apitoyer. Au contraire, ça nous donne une ouverture sur les choses. Un moyen plus positif de voir le monde et ce qu’il s’y passe. Et d’autres manières d’envisager la suite.

« Peut-être parce que Dante semblait partout à sa place et que j’avais l’impression de ne jamais l’être »

C’est une histoire complexe mais simple. Simple au premier regard, complexe dans le fond si on creuse. Riche. C’est très léger dans l’écriture et le traitement mais lourd de sens. Une histoire pleine de jolis messages. Faciles à comprendre. Agréables à creuser.

« Peut-être vivons nous constamment dans un état entre la blessure et la guérison »

Si on me demandait de choisir entre Aristote et Dante je ne saurais pas trop quoi répondre dans l’immédiat. Je me suis reconnue dans les deux personnages. Je suis un mélange d’eux deux. La partie un peu bizarre, différente, marginale de Dante avec la partie un peu plus sombre et mal dans sa peau, dans sa vie d’Ari.

Le truc c’est que je me suis très vite identifiée à eux deux, dans le sens où j’ai trouvé qu’ils étaient très réels. Très vrai. La barrière roman / réalité n’était presque pas là. Puisqu’ils m’ont paru si vrais, palpables, c’étaient des personnes et non pas des personnages.

C’est très déstabilisant parce que je ne connais personne qui ressemble à ces eux personnages dans la vraie vie. Je me suis retrouvée dans des personnages mieux que dans n’importe qui d’autre que j’ai pu connaitre. Comme si enfin je découvrais des gens « pareil » que moi, mais dans un livre. L’auteur m’aurait donc déchiffrée ? Déchiffrée sans me connaitre ? Il sait qu’il existe des personnes qui pensent et agissent comme ça ?

Je me sentais plus à l’aise avec Ari et Dante qu’avec les gens de la vraie vie. Je suis un mélange de la manière d’être, de se comporter et de penser de ces deux garçons. Et ça fait du bien. C’est pas grave d’être spécial, bizarre, différent. Au contraire. Et là ça m’a rappelé à quel point j’aime Luna Lovegood (de Harry Potter). Parce que justement elle est différente, comme je le suis, comme Ari et Dante le sont.

« Un autre secret de l’univers : parfois la douleur est comme une tempête venue de nulle part. La matinée la plus ensoleillée peut se conclure par un orage. Par des éclairs et du tonnerre. »

Je saurais pas quoi vous dire de plus à part : lisez-le. Ce livre fait du bien. C’est un doudou. J’ai adoré le lire. C’est tellement bien. On passe par beaucoup d’émotions sans pour autant avoir le cœur brisé car ce livre trouve toujours le moyen de nous le réparer. (En plus ils parlent des étoiles et de l’univers un peu alors moi ça peut que me faire plaisir)

Si vous voulez lire du poétique, du spécial, du précieux, lisez Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers. Lisez-le

Note : ★★★★☆ (4/5)

large1

Publicités

4 réflexions sur “J’ai lu : Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers (4/5)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s